Retour vers le passé




L’étymologie du mot « Malle-Poste» tel que l’écrit Lemontey, dans l’édition «Le Magasin Pittoresque (1846)», nous révèle ce qu’il en était des moyens de communications sous le règne du Roi Soleil (1638-1715) :


« Louis XIV, fameux par ses palais, ses canaux, ses forteresses et ses ports de mer, n’avait pas construit une seule route. Sous son règne, on ne voyageait encore qu’avec peine et danger sur des chemins tracés par le hasard et abandonnés aux accidents de la nature. L’usage des chevaux de poste finissait, pour les particuliers, à quelque distance de la capitale. Le transport des lettres se faisait dans une malle attachée sur le dos d’un cheval. C’est en mémoire de cet usage que la voiture de nos courriers s’appelle encore la malle, et le cheval qu’on y attache le mallier.»


Si on se réfère à ce qu’écrit Lemontey, on constate un recul par rapport aux moyens de communications instaurés par les Romains lors de l’occupation, entre-autres, de la Gaule.
Poursuivons afin de nous situer.

1789 : La Révolution. L’histoire est bien connue.
1791 : Fuite du roi Louis XVI à Varenne.
1792 : Déclaration de Guerre à l’Autriche ; A Strasbourg, Rouget de Lisle chante la Marseillaise, entrée des troupes austro-prussiennes en Lorraine, Victoire de Valmy, Première séance de la Convention, etc.…
Qu’en est-il à cette époque : la malle-poste, pouvait porter une dépêche de Paris à Metz en trois jours soit en moyenne 90 km par jour, dans le meilleur des cas.